Singapour
Remerciements à l'ancien représentant de Citroën Henry Ang, à son ancien directeur
commercial & marketing Larry Lim, et à Toby Huynh, conservatrice du Musée de l'Hôpital
Général d'Outram, pour avoir bien voulu partager leurs documents et leurs précieux
souvenirs. Les documents de Singapore Press Holdings et les archives de presse de
Singapour sont reproduits avec leur permission (tous droits réservés, et ils n'ont pas l'air
de plaisanter avec ça).
(Straits Times, 27 Déc 1969)
La version restylée du break fit son apparition en 1970 (Straits Times, 12 Jui 1970) mais ne trouva pas son public, pas
plus que la version précédente, selon Henry Ang. On peut néanmoins en voir une dans Orchard Road, avec l'Hotel
Mandarin en construction à droite, sur cette photo de presse datée du 13 mai 1969 (Singapore Press Holdings).
Henry Ang
(Straits Times,
24 Jan 1976)
Publicités Citroën dans les années 70. La DS23 est introduite en 1974, et la CX, également "Voiture de l'Année", en
1975 (Straits Times ; dans le sens des aiguilles d'une montre, à partir du haut à gauche : 10 mar 1972, 16 août
1972, 15 sep 1975, 22 mar 1974).
Le show-room en 1976 (Straits Times, 24 jan 1976)
Advance Automobile Pte Ltd, le nouvel agent Citroën
pour Singapour (Straits Times, 26 août 1979)
Henry Ang à l'époque où il décida de démarrer
"Eurocars", dans le but d'importer des Skoda et des
Volga (Straits Times, 12 jui 1978).
Le show-room d'Advance Automobile en 1982 (Straits
Times, 24 mai 1982)
Une publicité par Advance Automobile (Straits Times, 20 juin 1984)
Mars 1972. Henry, à droite, regarde sa femme Jenny serrant la main du Dr Andrew
Chew, Directeur des Services Médicaux de l'hôpital (document Toby Huynh)
Une DS dans une rue de Singapour (photo de presse, 31 mai 1975, Singapore Press Holdings)
Des publicités locales pour la "Henry Ang
Agency", nouvellement créée, avec une adresse
au 131, Clemenceau Avenue, pas très loin d'où
était Eastern Auto.

La Citroën est la nouvelle version restylée, avec
le nouvel avant, qu'elle soit en version DS ou ID,
dévoilée en France l'année précédente (Straits
Times, de gauche à droite 9 fév 1968, 3 déc
1968, 14 août 1969).

Le tout premier encart par Henry Ang, à l'extrême
gauche, montre qu'il ne peut livrer qu'à Paris.
Début 1968, il n'avait probablement pas encore
obtenu les droits de représentation à Singapour.
Henry Ang, 82 ans quand je pus le retrouver et le
rencontrer en décembre 2011, se souvient avoir
acheté des parts d'Eastern Auto en 1967, et décidé
de remotiver les agents en province en leur rendant
visite. Mais quelques mois plus tard, espérant un
contrat avec Honda, les frères Chan exigèrent de lui
racheter leurs parts au même prix. Henry obtempéra,
mais l'affaire ne put être conclue avec le constructeur
japonais et Eastern Auto fit faillite. Jacques Eyrud,
envoyé par Citroën, tenta de  convaincre Henry de
continuer et d'aider à reconstruire la réputation de la
marque à Singapour, qui était "en lambeaux". Henry
accepta, loua un petit magasin au 131, Clemenceau
Avenue, où il exposa une ID19 qui trouva rapidement
preneur.       
Citroën promit son soutien, par exemple en envoyant des voitures en
consignation: elles étaient expédiées à Singapour, mais Henry n'avait à les
payer qu'une fois qu'elles étaient vendues. Mais la réputation de la marque
devait être reconstruite, selon Henry: ventes trop faibles, service après-vente
déplorable, manque de pièces détachées, et Eastern Auto n'avait pu bénéficier
que d'un petit quota d'importation. Mais les ventes redémarrèrent, le système
de quota fut abandonné, et en 1971 Henry décida de déménager dans des
locaux plus vastes, sur un terrain acheté au 9, Leng Kee Road. Une ancienne
fabrique de vêtements fut transformée en show-room pouvant accueillir quatre
autos. Le nom de la société se changea en "Henry Ang Agencies". Au même
moment l'arrivée de la GS, "voiture de l'année", donna un coup de fouet aux
ventes. Dans les meilleurs mois, Henry put vendre jusqu'à 40 voitures: environ
30 GS, et 10 DS. Il fut même invité avec son épouse Jenny à Paris par
Citroën, en tant que meilleur importateur de toute l'Asie, et reçut un prix.
A gauche et ci-dessous: des
publicités montrent la gamme
disponible pour le client
singapourien au début des
années 70: la DS21 Pallas et la
D20 Super
(sic), mais également,
à partir de 1971, la nouvelle GS
Club, qui s'est plutôt bien vendue
(Straits Times 25 août 1970, 30 jui
1971, 28 nov 1971)
Henry Ang Agencies compta jusqu'à 56
employés au faîte de sa gloire. Les clients de    
la DS étaient des locaux, et non plus des
expatriés: médecins, ingénieurs, architectes.
Une seule "Prestige" (la version VIP montée   
par le carrossier Chapron à Paris, avec la
séparation vitrée entre les sièges avant et
arrière) fut vendue, au sultan Tunku Mustafa de
Selangor, ainsi qu'une seule SM, au sultan de
Johore. Mais comme cette dernière était à
volant à gauche, elle ne put être immatriculée à
Singapour, mais en Malaisie à la place. La
version break ne se vendit pas. Même chose
pour la 2CV, et pour l'Ami : Henry utilisa
lui-même la seule jamais importée à
Singapour.   
Fin 1971, Henry se dit
que ce serait une
bonne idée de vendre
l'ID en version
ambulance, et en
importa une à ses
frais. Cinq mois plus
tard, ne trouvant pas
preneur, il se résolut
à en faire don à l'Hôpital
Général d'Outram à
Singapour. C'est à ma
connaissance l'unique
exemple d'ambulance DS
(ID) importée en Asie.
Les choses commencèrent à se gâter quand  
le gouvernement décida de réduire le nombre
de voitures en augmentant les taxes, à la   
suite des chocs pétroliers. Henry se  plaint   
par ailleurs d'avoir été forcé par Citroën à
acheter plus de voitures qu'il n'en pouvait
vendre, surtout des GS aux caractéristiques
inadaptées au marché local. En 1976, il   
ajouta une division "ingénierie de précision"
afin de "raccourcir les délais de réparation".
En juillet 1978, il ajouta deux nouvelles
marques : Skoda et Volga, pour lesquelles il
mit en place une nouvelle société, Eurocars.
Finalement, dans une interview de janvier   
1979, Henry Ang annonce qu'il arrête la
représentation Citroën, à cause des "ventes  
trop faibles et de la compétition japonaise".     
M. Van, qui a remplacé M. Eyrud à la
maison-mère à Paris, vint sur place pour   
trouver un nouvel agent pour Singapour.
Finalement, "Advance Automobile", filiale de
l'importateur automobile thaïlandais Yontrakit,
qui s'occupait déjà de la marque en Thaïlande,
fut sélectionné. Henry Ang émigra en Californie
en 1984, où il importa des orchidées provenant
de sa propre plantation à Singapour, puis revint
en 1988 dans son pays, où il réside encore
aujourd'hui avec son épouse Jenny.
Avec le recul, Henry, qui conduisait sa propre DS23 pendant que sa femme avait une GS,
pense que la DS était "trop en avance" pour le marché local: le système hydraulique, la boîte
semi-automatique, les problèmes avec le refroidissement... Son design n'attirait pas
particulièrement les clients (le premier modèle avait été surnommé "Froggy" ("la Grenouille"),
et les qualités intrinsèques de l'auto sur les routes cabossées n'étaient pas jugées   
importantes ou nécessaires sur l'impeccable réseau routier de Singapour.
En février 1974, un article de presse annonce l'assemblage local de GS et de DS, environ   
300 par mois, par Citroën et des sociétés partenaires telles "Sharikat Mercantile Motors",
l'agent de Citroën en Malaisie, et "Mara". Ce projet semble avoir été rapidement abandonné.
Yontrakit ajouta la
marque Peugeot au
portefeuille en 1987, et
continua à gérer
"Advance Automobile"
jusqu'en 2006.
L'affaire fut alors
reprise par Cycle &
Carriage, une filiale du
conglomérat Jardine
Matheson Group,
jusqu'à ce jour.
L'ex-négociant en voitures d'occasion Henry Ang reprit la représentation Citroën à Singapour
en 1968. Les ventes ont atteint des records au début des années 70, avec la DS et la GS,    
mais il dut finalement jeter l'éponge, en 1979.
Voir la première partie de l'histoire
Tous droits réservés DSinAsia 2006-2016, sauf mention contraire
ici
Page créée le 16/12/2012, révisée le 14/02/2013