Japon
Une DS d'ambassade dans
un "quartier d'ambassades
vallonné", très probablement
ici encore Hiroo, une zone
résidentielle chic du sud de
Tokyo, où se trouvaient de
nombreuses représentations
diplomatiques. Jolie photo
(Jikayosha – The Owner
Driver, juillet 1960).
(Ci-dessus et à droite) Le garage de l'ambassade de
France à Hiroo (Jidosha Dokuhon, Août 1960). Une seule
DS, étonnamment, entourée d'autres modèles français,
dont des Simca et des Renault. La voiture personnelle de
l'ambassadeur (ci-dessous) était une Simca Vedette
Beaulieu (Shuukan Sankei, Mai 1961). Comment a-t-il pu.
Ci-dessus: avril 1966 à Omotesando, un quartier chic
proche de Hiroo, à Tokyo. Le type de plaque trahit la
voiture d'un ambassadeur, mais elle ne donne aucune
indication sur le pays (extrait du livre "60-nendai
machikado-de mita kurumatachi - yoroppa-hen" (Ces
voitures européennes qu'on pouvait voir dans les rues
de la ville dans les années 60), par Shizuo Takashima,
éd. Miki Press). A droite: la même, photographiée un
peu plus tôt sur le parking du site de Jingu-Gaien de la
cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo,
en octobre 1964 (extrait du livre "Shashin-ga kataru
jidosha-no sengo" (automobiles d'après-guerre en
photographies), par Heitatsu Igarashi, éd. Neko
Publishing).
Les plaques d'immatriculation diplomatiques étaient (et sont d'ailleurs toujours) de trois types
(ci-dessus, de gauche à droite) : l'un montre l'idéogramme "gai", pour les ambassades, l'autre
"ryo", pour les consulats, et le troisième "dai", pour les autres représentations officielles
étrangères. L'idéogramme est entouré (ci-dessus, à droite) dans le cas d'une utilisation par le
chef de la représentation en question (l'ambassadeur, par exemple). Les deux premiers
nombres étaient attribués à un pays en particulier. C'est toujours le cas de nos jours, mais ces
nombres ont changé, et je n'ai pas pu trouver une liste desdits nombres avec les pays qui leur
correspondaient en ces temps reculés. Même le ministère des affaires étrangères japonais,
qui a pourtant reconnu avoir l'information, a refusé de me renseigner, pour "raisons de
sécurité"; il semble que c'est un secret d'Etat bien gardé !
Pour en savoir plus sur les plaques d'immatriculation japonaises et leur histoire, voir le site de
leur "Association Nationale" (eh oui ! Il y a encore plus otaku que moi !), ici (japonais et
anglais):
http://www.n-p.or.jp
Dans les années 60,
l'intérêt pour les
autos étrangères
était tel que les
magazines
publiaient parfois
des reportages
photo sur les
voitures des représentations
diplomatiques. Les plaques
d'immatriculation spécifiques
aident, bien que partiellement,
à identifier ces autos, parmi
lesquelles on peut trouver
quelques DS.
Tous droits réservés DSinAsia 2006-2018, sauf mention contraire
Page créée le 04/02/2010