Pour être complet, ajoutons que Galih avait
une quatrième DS, qu'il a vendue. Il a eu
également deux CX Pallas. Mais une fois
n'est pas coutume, laissons s'exprimer le
principal protagoniste :

"Je m'appelle Galih Rakasiwi, j'ai 45 ans. Je
travaille comme Spécialiste de Systèmes
d'Informations Géographiques au Centre
Côtier et Marin, à l'Institut Agricole de Bogor.
J'habite à Bogor, dans l'ouest de la province
de Java, en Indonésie."

"J'aime les Citroën parce que ce sont des
voitures originales, pour leur style et leur
suspension, et je pense qu'elles sont
amusantes..."

"Un jour, alors que je devais avoir environ 15
ans, je suis tombé sur une Dyane magenta
dans ma ville de naissance, Bandung (le
Paris de Java !). J'étais interloqué, et
intéressé par cette auto. Je me suis dit qu'il
fallait que j'en aie une un jour. Mais avant de
jouer avec des Citroën, j'ai joué avec des
tout-terrains, genre Chevrolet LUV.
Cependant, un jour dans le journal, j'ai vu
une petite annonce "Citroën CX Pallas à
vendre". Tiens, me suis-je dit, je me
demande bien de quoi il peut s'agir. Alors j'ai
rendu visite au vendeur... Incroyable ! Une
magnifique CX Pallas ! Malheureusement la
voiture fut vendue. Mais un peu plus tard, j'ai
pu trouver ma propre CX, de couleur bleue.
Et puis encore plus tard, j'ai acheté une autre
Citroën, puis une autre, etc."

"Voici des photos de ma première DS. Je l'ai
trouvée, j'ai commencé à la restaurer deux
ans plus tard, et j'ai bien l'intention de la
terminer. Le moteur tourne toujours, alors j'ai
refait le système hydraulique, en utilisant des
pièces de GS, et ça marche très bien. Je
considère que le travail est fait à 90%. Il me
reste des choses à finir, comme installer le
réservoir d'essence, mettre une dynamo,
faire une galerie pour le toit, etc."
"Et pour finir, voici ma troisième DS. Les
portes sont complètes mais je les ai retirées.
Pour elle aussi, c'est un sacré défi : pas de
moteur, pas de vitrages, pas de système
hydraulique, etc. J'avais bien envisagé d'en
faire une décapotable, mais ce serait sans
doute plus réaliste de garder la configuration
d’origine."
A gauche: Galih
Rakasiwi avec un ami
devant une de ses DS.
"C'est difficile de trouver et de restaurer une
DS en Indonésie. Je me suis fait aider par
mes ouvriers, pour tout ce qui est
carrosserie, peinture, moteur, hydraulique,
intérieur... Parfois je fais fabriquer des
pièces, ou en modifier d'autres, provenant
de voitures japonaises par exemple."

"J'ai un ami, Fabien de Valroger, qui m'a
rendu visite en 2011. Il m'a bien aidé, et il
m'a envoyé des glaces de phares avant.
Pour les feux arrière, j'utilise des feux de
Land Rover. Pour l'hydraulique, j'utilise des
pièces de GS en les modifiant un peu. Je
trouve des informations sur Internet, dans
des livres, auprès d'amis..."

"Je n'ai jamais conduit aucune de mes DS
à ce jour ; je me balade juste dans l'atelier,
tout étonné de les voir là. Et je me dis que la
DS est une voiture extra-terrestre."
"Pourquoi les DS ? Eh bien, la première fois
que j'en ai vu une, je devais avoir 12 ans, à
Bandung, en 1978. J'ai vu cette DS noire
garée sur la route, et je l'ai touchée...
Plusieurs années plus tard j'ai bien essayé
de retrouver cette voiture, j'ai rencontré la
fille de son propriétaire, mais elle ne savait
pas où elle était, ayant été vendue. J'ai
trouvé les trois breaks que je possède
maintenant au même endroit, dans la ville de
Depok, à quarante kilomètres environ de
Bogor. Je connaissais le propriétaire, et il lui
a suffi de m'appeler quand il a voulu vendre."

"Là, ce sont des photos de ma deuxième
DS. A l'origine, c'est un break, mais je l'ai
refait en quatre-portes. Quand je l'ai acheté,
il n'avait ni moteur, ni système hydraulique,
ni boîte de vitesse. Je vais lui donner un
moteur Mitsubishi de 1600 cm3, avec une
boîte de Citroën GS, qui sont déjà prêts à
monter. C'est un sacré défi pour moi."
A droite: Aucune indication
d'année-modèle sur les DS de Galih.
Mais celle-ci au moins est complète, et
la restauration avance bien.
A gauche et ci-dessous: le deuxième break de
Galih, qu’il a déjà transmuté en quatre-portes.
A gauche et ci-dessous: le reste de la
collection de Galih: des 2CV, une rutilante
Méhari verte, une FAF, des AK et des Dyane...
Indonésie
Galih, à Bogor, dans l'île de Java, pensait que
ce serait "amusant" de collectionner les
Citroën; aujourd'hui il a pour jouets trois DS
(toutes des breaks), deux 2CV, deux Dyane,
deux AK, une FAF et une Méhari... Mais elles
sont dans des état variables, et il reste encore
à Galih à conduire une DS au moins une fois
dans sa vie.
Page créée le 04/04/2012
Tous droits réservés DSinAsia 2006-2018, sauf mention contraire